Articles de vulgarisation concernant la restauration de la maison ancienne, l'isolation thermique écologique et les actualités de notre agence.

A l’heure de la construction basse consommation, il nous parait inapproprié de décrier les performances  énergétiques et thermiques de la maison ancienne dont le comportement peut s’avérer bien plus économe en énergie qu’il ne parait.

30/07/2014

La plupart des professionnels du bâtiment usent des mêmes méthodes d’isolation thermique qu’ils agissent sur un pavillon de lotissement ou sur une maison ancienne en pierre ou en pisé.  A quelques variantes près, la réponse sera à peu près la même : isolation intérieure à base de laine de verre et plaques de plâtre.



C’est ignorer les spécificités et le comportement hygrothermique très particulier de la maison ancienne. Cette méconnaissance, altère leur fonctionnement normal. Elle peut générer d’importants désordres tout en n’apportant pas de solutions thermiques et énergétiques pérennes.  

Connaitre le comportement thermique et hygrométrique de la maison ancienne


Il existe une différence fondamentale entre la maison ancienne et le bâti moderne. Le bâti ancien est conçu sous un mode ouvert tandis que la construction actuelle réalise des bâtiments sous un mode fermé, étanche à l’air, à l’eau et ventilé mécaniquement.


Dans l’ancien, les murs sont dits perspirants car ils sont perméables à la vapeur d’eau.  Ils possèdent, en général, une forte inertie. De plus ces bâtiments ont souvent été conçus en lien bioclimatique étroit avec leur environnement et exposition aux vents, au soleil, au relief.  Il est important de connaitre ces caractéristiques qui conditionnent le comportement thermique de ces habitations.

Enfin soulignons l’excellent confort thermique naturel estival du bâti ancien s’il n’a pas été dénaturé.

Conséquences de l’application du système fermé dans le bâti ancien


Rénovation thermique & économie d'énergiePar exemple, l’application d’enduits ciment ou d’enduits à la chaux de trop forte épaisseur, ou la mise en œuvre d’une isolation intérieure en laine de verre, kraft et plaque de plâtre, une ventilation mal conçue…


Dégradation des parois par l’humidité

Les transferts de vapeurs d’eau ne se font plus naturellement. Les parois se dégradent. Les murs en pisé se gorgent d’humidité. Le liant des maçonneries en pierre se délite.

Une isolation thermique éphémère

En l’absence d’une barrière hygrovariable convenablement posée, l’isolation thermique du bâti ancien n’est pas pérenne.  La conception fermée du pare-vapeur n’est pas recommandée dans l’ancien. Une fois chargée d’humidité la laine de verre perdra définitivement une grande part de sa résistance thermique.

Dégradation de la qualité de l’air

La ventilation mécanique ne peut subvenir au besoin lorsque, en raison des choix réalisés, les moisissures apparaissent.

Des qualités bioclimatiques inexploitées

Certaines rénovations vont à l’encontre des règles de bon sens : ouvertures au Nord, propriétés d’inerties modifiées.

Quelques règles pour la rénovation thermique de la maison ancienne


Il n’existe pas de méthode proprement dite car chaque cas présente des particularités différentes.

Enduit de correction thermiqueUn diagnostic préalable du comportement thermique et hygrométrique de la maison ancienne

Il convient avant tout de comprendre les spécificités thermique et hygrométrique de l’habitation.
Le comportement naturel de la maison a-t-il été modifié ? Y a-t-il des pathologies ? Quels travaux ont étés réalisés ? La maison est-elle habitée ?

Les faiblesses thermiques du bâti ancien en période hivernale

S’ils sont étanches à l’air, les murs représentent une faible source de déperdition. En revanche, la toiture est responsable d’une grande part de celles-ci.


Les menuiseries extérieures fuyardes, le simple vitrage n’opposant pas de résistance thermique, sont aussi une source de déperdition non négligeable.


Enfin, l’effet parois froide du plancher bas génère un inconfort permanant car le corps est sensible à la température ambiante mais aussi de celle des parois l’entourant. Les murs en pierre sont aussi responsables de cet inconfort hivernal ressenti.

Des solutions de rénovation qui ont fait leurs preuves.


Nous employons dans nos projets de rénovation des solutions techniques qui optimiseront les qualités de votre maison ancienne tout en corrigeant de façon pérenne et saine ses défauts thermiques.

Assainir la maison en pisé avant travauxRetrouver les qualités initiales de votre maison en pierre ou en pisé.

Assainir les murs et la maçonnerie en les purgeant des interventions qui ont modifiés leur comportement naturel est une priorité à réaliser plusieurs mois avant tout autres travaux.

Prescrire une isolation thermique adaptée.

L’isolation de la couverture avec des matériaux garantissant un bon confort d’été est essentiel. De même le remplacement de vos menuiseries par des menuiseries en bois de qualité comprenant une finition de peinture imprégnée, ouverte à la vapeur d’eau et non filmogène.


Corriger l’effet parois froide.

Par la mise en œuvre d’un plancher chauffant, l'application d’enduit de correction thermique qui rayonneront les calories du plancher chauffant, d’un poêle à rayonnement…


Approche bioclimatique.

Renforcer le lien bioclimatique de la maison avec son environnement lorsqu’il a été altéré au regard de son exposition, des apports solaires, de l’inertie des murs.



C’est ainsi qu’appliquer à la maison ancienne le principe d’une enveloppe thermique fermée est incompatible à ces bâtiments. Il existe des approches sensibles, à déterminer au cas par cas, qui permettront d’optimiser les qualités de votre habitation en pierre ou en pisé et amélioreront grandement son efficacité thermique et énergétique.

Dans certains cas, les performances, après rénovation d’une maison ancienne,  n’auront rien à envier à de nombreux bâtiments basse consommation.  Réalisée dans le respect du bâti ancien, ce type de rénovation apporte un confort durable et sain.



General | Habitat ancien | Rénovation thermique | Réalisations | Prestations | Carnet de chantier | Performance énergétique | Habitat écologique

Une expertise confirmée par de nombreuses réalisations en Bourgogne & Rhône-Alpes

agence d'architecture intérieure

archilyon.fr Pierrick Chevillotte Architecte d’Intérieur, diplômé de l’Ecole CAMONDO en 1997. Qualifié par le Conseil Français des Architectes d’Intérieur (n°997).

Une agence d’architecture intérieure et de maitrise d’œuvre spécialisée dans la rénovation respectueuse du bâti ancien, les solutions saines et écologiques dans l’habitat, la performance énergétique.

Vous pouvez consulter notre précédent site : www.architecte-interieur-lyon.com

Pour consulter notre méthodologie ainsi que nos honoraires.


Pierrick CHEVILLOTTE Architecture Intérieure & Maîtrise d'Œuvre Écorénovation Restauration de maison ancienne
155, route de Rétissinge - 01290 BIZIAT
+33 (0) 6 59 29 01 51archilyon@icloud.com